Actualités, Edito / Opinion

Edito…. «Ena dimoune fer zis le contraire de seki zot dire»

Edito….

«Ena dimoune fer zis le contraire de seki zot dire»

Le Premier Ministre Pravind Jugnauth l’a dit samedi dernier lors des célébrations officielles d’Ougadi à l’IGCIC, à Phoenix.

Mais qui sont ces «dimoune» auxquels il faisait référence ? Peut-être qu’il n’a pas cité de noms parce que c’est tellement évident, quand on sait que Pravind Jugnauth n’a pas de temps à perdre, tant il se concentre sur sa mission qui est « Travail, travail, travail….»

Mais moi j’ai voulu en avoir le cœur net et identifier ces «dimoune». Je suis allé aux archives et j’ai tout vu. J’ai compris aussi pourquoi Pravind Jugnauth n’oserait pas citer des noms, tant ces «dimoune» lui sont proches. Mois aussi je ne vais pas vous citer des noms. Je vous rafraichis seulement la mémoire avec des déclarations de parts et d’autres.

Pendant la campagne de 2014, SAJ disait bien qu’une fois au pouvoir, il allait foutre dehors le projet Metro léger, qui, selon lui ne servirait à rien A la place il s’activera à fournir de l’eau en mode 24/7. Aujourd’hui c’est ce même Metro léger qu’il a développé en mode express…..Et d’un !

Le ministre des finances initial du gouvernement lepep annonçait en grande pompe que les nominés politiques ne seront plus grassement payés. Ils ne toucheront que Rs 40,000 au maximum mensuellement….Et de deux !

Un leader de cette même alliance lepep se bombait le torse en disant que dorénavant aucun politicien ne prendra la parole pendant les célébrations socioculturelles. SAJ, Pravind Jugnauth et consorts en savent quelque chose….Et de trois.

L’état major de lepep disait que c’était fini les protections ti copin, ti copines. Quand on sait combien de proches des personnalités du pouvoir ont été recrutés !!!!!Et de quatre.

Finis les gaspillages des fonds de l’état, clamaient les fraichement élus de l’alliance lepep. Avec Rs 168 millions jetées dans les poubelles de Heritage City, les Rs 19 millions payées à un avocat proche du pouvoir pour défendre les intérêts d’un organisme, avant même que l’affaire ne se termine, qui a été perdue, d’ailleurs. Les milliards à payer au groupe Betamax donne froid dans le dos….Et de cinq.

La liste est longue. Cinq, c’est déjà beaucoup. Ce qui est beau dans la déclaration de Pravind Jugnauth, c’est qu’on peut aussi la lire à l’envers. « Ena dimoune dir zis le contraire de seki zot fer»

You Might Also Like