Edito / Opinion

Editorial: Comme une lettre à la poste

Comme une lettre à la poste
Une copie presque conforme pour 18 millions, CE n’est pas donne à tout le monde. Ce qui intrigue dans toute cette affaire c’est la facilité avec laquelle le problème est réglé. Un des responsables en prend pour son grade et tout rentre dans l’ordre.
Pourquoi a-t-il fallu que la presse lève le lièvre pour que des sanctions soient prises? Veut-on nous faire croire que personne au sein de la boite n’avait realisé le plagiat?
Une seule personne porte le chapeau et le tour est joué. La solution nous semble trop simpliste. Le ministère des sports, client de la commande, aurait du resilier le contract et trouver une autre boite plus fiable. Ce qui semble rassurant dans l’histoire c’est que Maurice a déjà recolté une medaille d’or en imitation. Si une personne a été sanctionnée, c’est qu’il y a eu maldonne et CE n’est pas seulement une personne qui est à blamer mais toute la boite. On nous donne l’impression que personne n’était au courant de CE qui sera tramait entre CE haut responsable et son ordinateur….comme s’il travaillait dans le noir loin des yeux curieux et soudain il a tire le pigeon de son chapeau magique.
Un tour de magie qui risquait de nous couter 18 millions, sans compter la risée du monde entier.
De tout temps on nous a dit: quand gorer, fele.

You Might Also Like