Actualités

Russie : près de 50.000 manifestants rassemblés à Moscou, une centaine de personnes arrêtées

People attend a rally to demand authorities allow opposition candidates to run in the upcoming local election in Moscow, Russia August 10, 2019. REUTERS/Maxim Shemetov

Russie : près de 50.000 manifestants rassemblés à Moscou, une centaine de personnes arrêtées

La foule réclamait des élections libres au parlement municipal. D’après la police russe, 136 personnes ont été arrêtées à Moscou.

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi 10 août à une manifestation à Moscou pour demander des élections libres au parlement municipal après l’invalidation de nombreuses candidatures par la commission électorale. Il s’agit de la plus grosse mobilisation en Russie depuis le début de ce mouvement de contestation. 136 personnes ont été arrêtées à Moscou, selon un communiqué de la police de la ville.

Quelques heures avant le début de la manifestation, la police a procédé à l’arrestation de l’avocate et dernière figure de l’opposition en liberté, Lioubov Sobol, qui a entamé une grève de la faim. Des hommes masqués sont intervenus dans ses bureaux et la police a déclaré avoir obtenu des informations selon lesquelles l’opposante et d’autres militants prévoyaient de mener des «provocations» lors du rassemblement de samedi. «Je ne vais pas pouvoir aller à la manifestation. Mais vous savez quoi faire sans moi. La Russie sera libre», a déclaré l’avocate.

Les manifestants ont pu accéder au lieu du rassemblement après être passés entre des portiques détecteurs de métaux pour participer à cette quatrième journée de protestation en un mois. Les protestataires demandent que soient autorisées les candidatures qui ont été exclues du scrutin destiné à désigner le parlement moscovite le 9 septembre. Les autorités municipales ont autorisé la manifestation de samedi contrairement à celle de la semaine précédente qui s’est soldée par l’arrestation de plus de mille personnes, parfois dans des conditions violentes. La manifestation de la semaine passée n’avait pas été autorisée. Selon l’ONG Compteur Blanc, près de 50.000 personnes se sont rassemblées à Moscou, la police parlant pour sa part de 20.000 manifestants.

Encadré par une forte présence policière et autorisé pour seulement deux heures, le rassemblement à démarré sous la pluie à 14h00 sur l’avenue Sakharov, près du centre de la capitale russe, seul lieu de manifestation autorisé. Dans le calme, les manifestants portaient des pancartes sur lesquelles était écrit «Donnez-nous le droit de vote» ou «Vous nous avez assez menti», tandis que d’autres brandissaient des drapeaux russes ou les portraits d’activistes arrêtés.

Des artistes célèbres comme le groupe électro IC3PEAK, dont plusieurs concerts ont été interdits ces derniers mois, se sont produits sur scène. A 16h00, à l’approche de la fin autorisée de la manifestation, la police a demandé aux organisateurs de commencer à évacuer la scène, selon un journaliste de l’AFP. Plusieurs centaines de personnes ont souhaité continuer à manifester devant l’administration présidentielle, où les attendaient une forte présence policière, selon ce journaliste. D’après un communiqué de la police de Moscou, 136 personnes ont été arrêtées dans la capitale. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs autres villes. À Saint-Pétersbourg (nord-ouest), 80 personnes ont été interpellées et 15 autres à Rostov-sur-le-Don (sud-ouest), selon l’ONG OVD-Info qui donne le chiffre de 275 interpellations dans tout le pays.

La Russie n’a plus connue de manifestations de cette ampleur depuis 2011-2013 lorsque des opposants à Vladimir Poutine étaient descendus dans les rues pour protester contre des fraudes électorales. Le durcissement du régime s’exprime aussi par les nombreuses perquisitions et peines de prison imposées à des opposants, tandis que les inculpations pour “troubles massifs” visant de simples manifestants se sont multipliées.Parallèlement, les autorités tentent par tous les moyens de décourager les jeunes Moscovites de manifester. Le Parquet a ainsi demandé cette semaine le retrait de ses droits parentaux à un couple ayant manifesté avec son bébé, laissant peser une menace sur les parents tentés de faire de même. La mairie de Moscou, elle, a organisé à la dernière minute un festival de musique gratuit samedi et dimanche dans un parc de la capitale.

Par Le Figaro avec AFP et Reuters

You Might Also Like