Actualités, Politique, Société

Roshi Bhadain : « Maurice pas considérée comme étant ène paradis fiscal »

Roshi Bhadain : « Maurice pas considérée comme étant ène paradis fiscal »

Le Working Group du Fond Monétaire International (FMI) a, dans un rapport intitulé “The Cost and Benefits of Tax Treaties with Investment Hubs – findings from Sub-Saharan Africa” le 24 octobre dernier, égratigné Maurice sur sa politique monétaire qui ferait d’elle un paradis fiscal.  Cette étiquette nous est collée depuis quelques temps déjà. En décembre 2017, nous figurions sur la liste grise de l’Union Européenne et avions pris l’engagement de nous  conformer aux recommandations de cet organisme international relatives à sa politique fiscale.

Le récent rapport du FMI analyse, entre autres, la façon dont Maurice s’est positionnée en un “investment hub” qui ne profite pas nécessairementà l’économie des pays signataires de traités de non double imposition car ils feraient face à une “substantialreduction in revenue”.

Or, un communiqué conjoint de la Financial Services Commission et de l’Economic Development Board vient apporter certaines  précisions à ce sujet. Les auteurs du rapport n’auraient pas pris en considération les changements apportés récemment dans le secteur financier à Maurice et notre système fiscal reconnu par l’OECD. Les deux institutions financières mentionnent aussi que “Tax Agreements are not the most significant criterion for these investors. In fact, substantial investments from Mauritius into Africa are in countries with which Mauritius does not have a tax agreement. Rather, the main interest for them to work with Mauritius is a multitude of compelling reasons.

Le ministre de  la Bonne gouvernance, D. Sesungkur, a pour sa part, qualifié le rapport de “ambiguë” et “erroné” car il ne prendrait pas en considération “bane zefortki gouvernement pou fer et kine fer recemment dans dernier Finance Act pou ki nu kapav améliore davantage nou bane systèmes et nou bane arsenal légal et institutionnel.” Cette déclaration, il l’a faite à la presse lors de la tenue du National Capacity-Building Workshop on Countering the Financing of Terrorism le lundi 29 octobre à l’hôtel Sofitel à Flic en Flac.

Pour sa part, dans une déclaration à Rising News,  son prédécesseur, Roshi Bhadain, aborde dans le même sens : “Maurice pas considérée comme étant ène paradis fiscal pour la simple et bonne raison kiena beaucoup mesures kine met en place pou démontrer plus de substances dans nou système.”  Il rappelle que beaucoup de mesures ont déjà été prises sous sa houlette ” nou fini revisenou traité de non double imposition avec l’Inde et nou fini revisenou traité avec Sud Afrique aussi lordual taxresidency et de ce fait saineamene beaucoup plus de transparence et de substance dans le système.”

 Il déplore cependant que le gouvernement actuel n’a pas implémenté les mesures qu’il avait préconisées avant son départ. Il énumère, entre autres, l’avènement des global lawfirms, des global and regionalheadquartering, le captive assurance, le développement financier basé sur le secteur portuaire et l’utilisation des créneaux établis par lafinancialtechnology. Des mesures qui auraient créé plus d’opportunités d’emplois et plus de transparence dans le secteur financier selon lui.

You Might Also Like