Actualités, Éducation, Sociale

Le Mouvement d’Aide à la Maternité au secours des jeunes et de la famille

Le Mouvement d’Aide à la Maternité au secours des jeunes et de la famille

Le Mouvement d’Aide à la Maternité (MAM) est une organisation volontaire qui vient en aide aux futures mamans en difficulté, les éduque, prévient la grossesse précoce et consolide la famille grâce à son programme « Mamans Soleils ». MAM, qui est présent à travers l’île, a tenu une réunion samedi dernier pour conseiller des jeunes sur la sexualité et aussi sur leur rôle de futurs parents.

MAM s’inquiète de la population vieillissante et du taux de natalité qui est trop bas, ce qui signifie qu’un gros pourcentage de notre fonds national de pension va aux personnes âgées. Le nombre grandissant de jeunes mamans, par contre, est tout aussi alarmant. Celles-ci se retrouvent sans aucune aide pécuniaire et familiale. Nombre de jeunes n’ont personne vers qui se tourner pour exprimer leurs sentiments et angoisse, et ils sont souvent très mal conseillés en matière de sexualité. Les membres du groupe estiment que le dialogue parents-enfants sur la sexualité est important. Les parents doivent savoir comment aborder le sujet pour que leur progéniture n’aille pas chercher des informations, souvent erronées, ailleurs. MAM les invite à suivre une formation sur la sexualité.

Les couples sont aussi soutenus et aiguillés par MAM qui leur prodigue de précieux conseils qu’ils consolident leur union et aussi les aider à surmonter des problèmes comme la violence domestique. Ils sont incités à avoir plus d’enfants, mais le problème c’est la cherté de la vie. . C’est là que le gouvernement doit intervenir pour une solution.

Gino Alfred, le président du Conseil d’Agaléga, qui est aussi membre de MAM, fait ressortir que la situation à Agaléga est grave. La population est déjà petite et il y a rarement des noces. Les jeunes trouvent que c’est difficile d’y fonder une famille car, premièrement, il n’y a pas d’hôpital. Les femmes enceintes doivent venir à Maurice, souvent seules, durant au moins 3 mois penant leur grossesse pour des soins. Le déplacement pose problème pour elles. Gino Alfred lance un appel au gouvernement pour la construction d’un établissement de santé qui est désormais plus qu’une nécessité pour ces îliens.

You Might Also Like