Actualités, Culture, Société

Le créol morisien : Jusqu’où a-t-on avancé ?

Le créol morisien : Jusqu’où a-t-on avancé ?

Célébrée chaque 21 Février, la langue maternelle semble gagner du terrain. Qu’en est-il à Maurice pour le creol morisien ?  Depuis l’Independence, nombreux sont ceux qui se sont battus pour que cette langue soit reconnue comme étant une langue a part-entière.

Rising News a contacté des militants pour la langue creol morisien, ceux la même qui ont lutté pour donner à notre langue maternelle son titre de noblesse. Arnaud Carpooran, grand défendeur du créol Mauricien, affirme que bien que la langue ait eu sa place dans le milieu scolaire, que ce soit en primaire, secondaire ou même tertiaire, elle n’a toutefois toujours pas le même respect que d’autres langues telles que l’anglais et le français. Il souligne qu’il y a eu une grande amélioration dans l’acceptation de la langue.

 « Comparée à 20 ans de cela, la langue maternelle est maintenant beaucoup plus respectée et acceptée comme étant une langue comme les autres ».

Il avance qu’il est maintenant grand temps d’implémenter notre langue maternelle dans d’autres institutions.  Selon lui les fonctionnaires devrait être capable de lire et écrire le créole comme il se doit afin que la langue créole puisse enfin être considérée comme une langue formelle et officielle de Maurice.

Dev Virahswamy, linguiste et écrivain, nous a egalement parlé de la langue maternelle de Maurice et de son statut dans le pays. 90 pour cent de la population ont comme langue maternelle, la langue mauricienne aussi connu comme la langue créole. 10 pourcent l’utilisent comme une seconde langue. Ce qui nous ramène à une population entière qui utilise la langue mauricienne.

« D’abord il faut bien définir ce que c’est une langue maternelle. Une langue maternelle c’est la langue de la mère que l’enfant entend quand il est dans le ventre de celle-ci. Il faut comprendre que les oreilles sont les premiers à se développer dans un fœtus. Il y a beaucoup de préjugé contre cette langue. Il y en a qui ne considèrent pas la langue mauricienne comme une langue. »

La langue mauricienne est une langue très développée et riche. Les travaux pédagogiques, académiques et littéraires ont été déjà faits sur cette langue. Il y a d’autres gens et moi-même, qui avons travaillé sur la langue mauricienne depuis maintenant plus d’une cinquantaine d’années. Il nous manque seulement de la volonté et d’un travail politique.

Pour Dev Virahsawmy la langue mauricienne est prête pour entrer dans le parlement. Il y aura un grand travail à faire mais un travail qui entraînera des résultats positifs. Il faudra former le staff de l’Assemblée générale. Il va falloir retourner à nos racines, lire, écrire et apprendre la langue mauricienne comme il se doit.

« Nous somme indépendant depuis 1968, mais nous ne sommes toujours pas une nation. On doit avoir une langue nationale pour nous retrouver comme une nationale. La langue mauricienne doit être reconnue légalement comme la langue nationale. La non-reconnaissance de cette langue mauricienne entraine des problèmes sociaux » a déploré Dev Virahswamy.

Célébrer la langue maternelle une fois par an n’est pas la solution. Il faut envisager des solutions telles que l’introduction de la langue mauricienne comme medium d’enseignement le plus vite possible. La langue est présente dans les écoles comme matière optionnelle. Elle est aussi présente dans d’autres institutions telles que les lieux de culte, les écoles, le théâtre, la musique, entre autres.

« La langue mauricienne est le moteur de développement » a dit l’écrivain et linguiste.

 

 

You Might Also Like