Actualités, Politique, Société

L’Association Raise Brave Girls propose des amendements au Children’s Bill

L’Association Raise Brave Girls propose des amendements au Children’s Bill


Comme plusieurs autres acteurs de la société civile, l’association Raise Brave Girls se dit pour un projet de loi qui regroupe les meilleurs intérêts de l’enfant sous un même cadre.


Dans une correspondance adressée au cabinet et au Ministère des genres et du développement de l’enfant, Prisheela Mottee, Présidente du groupe a toutefois proposé quelques amendements. Elle suggère que les déclaration soit recueillie par un “specialist child-friendly police officer” formé en counselling et en psychologie de l’enfant et d’ajouter que la déclaration doit avoir lieu dans un environnement  “child-friendly” avec des infrastructures appropriées et séparées des déroulements quotidiens de la station de police.


Elle demande aussi à ce qu’aucun enfant ne soit forcé à se marier civilement ou religieusement. Ainsi, selon elle, ” married civilly” devrait être enlevé du texte de loi et les sections 145 – 148 du Code Civil Mauricien doivent être abrogées. Elle souligne qu’en 2016 611 filles âgées entre 15 à 19 ans ont été mariées religieusement contre 573 en 2017. Elle laisse entendre que la section 145 encourage la pédophillie car elle permet à un enfant de 16 ans de se marier à un homme qui est plus âgé avec le consentement de ses parents.
Elle propose aussi d’inclure dans le texte de loi qu’aucun enfant ne soit forcé à vivre en concubinage.

En outre, elle trouve que c’est important de constituer une cour “child-friendly” avec les infrastructures appropriées et des juges et personnels qui recevront une formation pédogogique pour mieux traiter les cas où les enfants sont impliqués.

You Might Also Like