Actualités, Sociale, Société

Kailash Purryag: « A plusieurs reprises j’ai agi en ayant recours à la National Assembly( Priviledges, immunities and Powers) Act»

Kailash Purryag: « A plusieurs reprises j’ai agi en ayant recours à la National Assembly( Priviledges, immunities and Powers) Act»

L’affaire Kalyan Tarolah dérange à nouveau. La patate chaude a été placée entre les mains de la speaker Maya Hanoomanjee. C’est à elle de prendre une décision concernant les sextos et autres ‘langoteries’ de Kalyan Tarolah commis dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Que fera-t-elle? Tout le monde attend sa réaction impatiemment.  Les Mauriciens, et les politiciens en particulier, espèrent qu’elle tranchera dans le vif et n’aura nullement recours aux tactiques dilatoires.

Rising News a interrogé l’ancien Speaker Kailash Purryag sur le sujet.  Il rappelle qu’à plusieurs reprises il s’est servi de la National Assembly (Priviledges, immunities and Powers) Act pour sévir contre des membres qui ne respectaient pas les Standing Orders.  Il fait référence au manque de respect envers le Speaker par des membres de la Chambre comme par des médias.  La loi du 15 juillet 1953 est très explicite sur le comportement des élus à l’intérieur de l’Assemblée nationale. Kailash Purryag est d’avis que la Speaker aurait pu prendre les devants et suivre les procédures établies dans le cas du député Tarolah avant même que le DPP ne se soit saisi de l’affaire.  Elle aurait pu référer le cas aux Parlementaires, passer au vote et envoyer le rapport au DPP pour la marche à suivre. Toutefois Kailash Purryag pense que la Speaker ne l’a pas fait parce que l’affaire était entre les mains de la police.

La loi en question stipule à la section 6 (i) que le Speaker peut sanctionner un membre de l’Assemblée nationale pour la faute suivante :

“Misbehaving in a disrespectful, indecorous, improper or disorderly manner, within the precints of the Assembly at any time between the commencement and final termination of a sitting on any day on which the Assembly meets”.

Il est clair que le cas Tarolah est très sérieux et que Maya Hanoomanjee a désormais toute latitude pour initier des actions.  Nous avons essayé de connaitre sa démarche mais,prise par les préparatifs pour la séance de demain, elle nous a priés de rappeler plus tard.

 

You Might Also Like