Actualités

« Disruptive Technologies – Shaping the future of Innovations » : Un seminaire pour les ingenieurs

« Disruptive Technologies – Shaping the future of Innovations » : Un seminaire pour les ingenieurs

Un séminaire international sur le thème « Disruptive Technologies – Shaping the future of Innovations » visant à mettre en évidence la présence des technologies de rupture dans notre vie quotidienne et la manière dont elles influencent significativement notre mode de vie a été organisé le mercredi 21 août, au Maritim Resort, à Balaclava.

Le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, Yogida Sawmynaden, le Président de l’Institut des ingénieurs de Maurice (IEM), Raj Prayag, le Président de l’Institut des ingénieurs de l’Inde (IEI), MT Gunaraja, et le vice-Président de la World Federation of Engineering Organisation (WFEO), Martin Manuhwa, y étaient également présent.

L’évènement, organisé par l’IEM en collaboration avec l’IEI, la Federation of Engineering Institutions of Asia and Pacific Committee on ICT, et l’Université de Maurice (UoM), s’est tenu dans le contexte du 100e anniversaire de l’IEI.

Le séminaire a fournit un aperçu approfondi des technologies de rupture, qui remplacent une technologie établie ou un produit révolutionnaire, comme l’intelligence artificielle, l’Internet des objets ou l’impression 3D, pour créer une industrie complètement nouvelle.

Dans son discours, Yogida Sawmynaden a rappelé que les ingénieurs du monde entier font « Face aux défis mondiaux sur divers fronts, à savoir l’écologie, l’environnement, la santé, le vieillissement de la population, l’importance des ingénieurs pour trouver des idées innovantes est maintenant plus fondamentale ».

Parlant de technologies de rupture, Yogida Sawmynaden a déclaré que selon la Banque mondiale, elles débloquent rapidement des solutions innovantes à des défis complexes dans un large éventail de secteurs allant de la santé et de l’éducation aux transports, la gestion des risques de catastrophe, ou l’agriculture dans les pays développés et en développement.

« Le ministère a adopté l’utilisation de la technologie numérique, qui a révolutionné le fonctionnement du gouvernement et les liens avec les citoyens afin d’offrir de meilleurs services et de meilleures possibilités et de bâtir un avenir meilleur », a indiqué Yogida Sawmynaden.

De plus selon le rapport sur la compétitivité mondiale, l’île Maurice est classée 45e au monde, 72e sur l’indice de développement des TIC et 66e sur l’E-Government Development. Le pays est également classé 49e sur la Network Readiness Index et 6e sur l’indice de cybersécurité.

You Might Also Like