Actualités, Politique

Allocation du Performance Bonus: Y aurait-il eu une tentative d’amadouer 12,500 policiers et leurs familles ?

Allocation du Performance Bonus: Y aurait-il eu une tentative d’amadouer 12,500 policiers et leurs familles ?

Un mois avant les élections générales, le Premier ministre Pravind Jugnauth avait annoncé qu’une performance bonus serait allouée aux policiers.  Une mesure qui a réjouit les principaux concernés et qui a fait monter au créneau le président de la Police Officers Solidarity Union (POSU) pour dire que c’était une victoire.  L’inspecteur Jaylall Boojhawon a même écrit sur sa page Facebook le 16 octobre 2019  que « cela fait suite aux pressions de la POSU, qui profitent aussi aux pompiers et gardes-chiourmes, qui eux ont rendu les armes dès le début. » Un combat qui doit certainement être reconnu, mais qui a pris une tournure politique le 25 octobre. Dans une conférence de presse tenue par la POSU, le président a fait les éloges du manifeste électoral de l’Alliance Morisien.  Il a passé en revue les différentes propositions faites par tous les partis politiques, en disant toutefois qu’il accueillait « avec joie » celles de l’Alliance Morisien.

Cette gratification, qui  était pourtant prévu dans un budget précédent, concernait plus de 12,500 policiers, 1,462 gardes-chiourmes et 995 pompiers.  Une telle mesure pouvait donc rapporter les votes de 14,967  familles.  Elle a donc été annoncée un mois avant les élections et a fait partie du manifeste électoral avec un but précis et sans mentionner qu’il y avait des exceptions.  Selon la section 64 du Representation of People Act 1958, une telle promesse pourrait constituer un acte de « bribery » :

« (1) Any person who—
(a) directly or indirectly, by himself or by any other person on his behalf, gives, lends, or agrees to give or lend, or offers, promises, or promises to procure or to endeavour to procure, any money or valuable consideration to or for an elector, or to or for any person on behalf of an elector, or to or for any other person, in order to induce the elector to vote or refrain from voting, or corruptly does any such act on account of the elector having voted or refrained from voting at any election (…) shall be guilty of bribery.”

A noter aussi que la POSU a soigneusement épargné le Commissaire de Police, lors de ses sorties dans différents cas qui ont secoué la force policière après les élections.  La dernière fois qu’elle a visé Mario Nobin est le 25 septembre 2019 quand elle réclamait son départ.  Le contrat de celui-ci avait ensuite était renouvelé par le Premier ministre conformément aux règlements du Pay Research Bureau.

You Might Also Like